Magie Blanche, Magie Noire : Les Différences

Comme le Yin et le Yang, la magie blanche s’oppose naturellement à la magie noire.
Sont elles des pratiques complémentaires ou incompatibles ?
Est-ce vraiment une histoire du bien contre le mal ?

La magie n'a pas de couleur

On dit parfois que la magie n'a pas de couleur, qu'elle est une force universelle, un tout. D'ailleurs, les premières réflexions sur la sorcellerie la disent aussi bonne que mauvaise. Il a bien fallu alors séparer les différentes pratiques. Dès le IVe siècle, le philosophe et théologien Augustin d'Hippone (saint Augustin), distingue deux formes de magie. Il nomme la première la « goétie », et la seconde « théurgie ».

Magie Blanche, Magie Noire
La magie blanche soigne souvent les troubles causés par la magie noire

La goétie est une magie qui entre en contact avec les démons, tandis que la théurgie fait appel aux bons esprits. L'une sert l’intérêt personnel du sorcier, l'autre à celui d’autrui. Le choix entre magie blanche et magie noire devient rapidement celui entre faire le bien ou nuire. Et la différence entre les deux magies réside en la moralité et l'éthique du sorcier. Jean Pic de la Mirandole, un théologien italien du XVe siècle, a tenté d'expliquer cette dualité entre magie blanche et magie noire.

« Il y a une double magie. L'une relève tout entière de l'activité et de l'autorité des démons, l'autre n'est rien d'autre que l'achèvement absolu de la philosophie de la nature. »

Pactiser avec les forces démoniaques n'envisagent rien de bon. Les lois naturelles qui régissent en magie ne pardonnent pas. Un sorcier qui fait un rituel de magie noire brise non seulement l'équilibre naturel, mais s'apprête à recevoir en retour les forces qu'il a invoquées. Le mage noir agit en connaissance de cause et doit faire face à un retour de flamme plus ou moins violent. Ainsi, la seconde différence entre magie blanche et magie noire est le risque plus élevé d'être blessé autant physiquement que psychiquement.

La magie noire permet cependant un plus large choix de manœuvres, ouvre plus de portes et devient plus intéressante à exercer. Pratiquer la magie noire est perçu pour certains comme braver un interdit, entrer dans une pratique qui serait presque illégitime, mais qui procure un plaisir intense. Des sentiers décrivent la magie noire comme une drogue qui crée une dépendance.

Le sorcier veut aller plus loin, tester ses compétences. Comme un expert insatisfait, il pousse les limites de ses pouvoirs et s'engouffre parfois dans une tourmente qui le dépasse. C'est en cet exemple typique que réside l'importance de bien étudier les magies, de connaître ses limites et sa force mentale.

Des magies incompatibles ?

Magie Noire Drogue
La magie noire peut agir comme une drogue
sur le sorcier fragile. Le sorcier peut faire autant de mal
à sa cible... qu'à lui-même.
L'étude de la magie nous permet de définir certaines règles qui opposent la magie blanche à la magie noire. Si, dans la magie blanche, on ne manipule pas les autres, en magie noire, on ne s'en prive pas. En magie blanche, on demande de l'aide aux divinités et autres entités bienfaitrices. En magie noire, on se sert des démons, des esprits ou génies incube et succube.

En magie blanche, la notion de vengeance est bannie. Elle est souvent la première volonté en magie noire. En magie blanche, on écarte ses ennemis, on les chassent. En magie noire, on les met sous notre emprise, on influence leur autorité. Pour simplifier, on peut dire que les sorciers qui pratiquent la magie noire perturbent l’équilibre naturel, tandis que ceux qui pratiquent la magie blanche tentent de ne pas trop le perturber, mais le perturbent malgré eux.

Toute action magique agit sur l'astral, qu'elle soit bonne ou mauvaise. Ainsi, toute forme de magie, magie blanche ou magie noire, ont des répercussions sur les différents plans subtils. Ces conséquences sont régies par des lois naturelles, notamment le principe de cause à effet, nommé communément « loi du triple retour » ou « choc retour »,  mais encore « effet papillon ou boomerang » et plus précisément « loi du Karma ». Tout acte induit des effets qui vont se répercuter sur les différentes vies (plans subtils) d'un individu, formant ainsi sa destinée.

Est-il possible de pratiquer les deux magies ?

Sans conteste, oui. Quelqu'un qui pratique certains rituels de magie noire peut tout aussi effectuer des rituels de magie blanche et vice et versa. L'un n’exclus pas l'autre. Rappelons que la couleur est donnée à la magie pour aiguiller les hommes. On peut vouloir aider un ami et un autre jour invoquer des forces puissantes pour servir ses propres intérêts.

Comme les couleurs magiques ont été définies et introduites dans le système magique par l'homme, en tant que code de classification et de séparation des pratiques associées, le sorcier peut s'imposer ses propres limites et décider de jongler lui-même avec toutes les magies.

Un sorcier suit en général une ligne morale, une éthique personnelle, une sorte de déontologie propre à son caractère et ses envies, et qu'il s'est construit au fil du temps passé à pratiquer la magie.


Magie Blanche, Magie Noire : Les Différences
William'SK - © Gaïa Esotérica

Bibliographie et Sources
Collectif, Les sciences occultes, s.n., s.l. 2012.
Rudolf Steiner, Éléments d'ésotérisme, Éditions Triades, Paris 2000.

Commentaires

Livres et Ouvrages édités

Nouveautés Éditeur, annonces des livres et documents à paraître ou récemment parus.
Découvrez les parutions annoncées par l'éditeur et auteur.

Édition Livre Fac-similé

Édition Livre Fac-similé
La Pierre Philosophale : Preuves Irréfutables de son Existence

Édition Livre Broché

Édition Livre Broché
Développer son Potentiel Relationnel Grâce aux Runes : Apprendre à Tirer et Interpréter les Runes

Musique et Album

Musique et Album
Single : Zen Paradise